Informations

Chers collègues,

Nous venons d’apprendre la triste nouvelle et le conseil d’administration du SNA et de l’Abeille de France se joignent à moi pour présenter à la famille FEDON nos très sincères condoléances et l’expression de notre sympathie la plus profonde.

Très cordialement.

Frank ALÉTRU,
Président du SNA

 


 

Témoignage de Gérard Schiro, l’un de ses collègues et amis

Le premier souvenir que j’ai de Jean date de l’assemblée générale du SPMF à Limoges.
Nous étions en visite chez lui à Razes. Deux choses avaient retenu mon attention. D’abord sa démonstration manuelle, armé d’un couteau électrique, d’une méthode de désoperculation consistant à ne retirer qu’un seul cadre de miel de la hausse. Les autres étants désoperculés à l’intérieur, en les déplaçant l’un après l’autre. Je le vois encore replacer ensuite le premier cadre, dans l’espace libre résultant du déplacement des 7 autres avec ce commentaire : “avant l’apiculture, je travaillais dans l’industrie, là on réfléchis à éviter les gestes et les efforts inutiles”…
L’autre souvenir c’était ces deux saignées dans le sol béton à l’entrée qui étaient destinées aux roues arrière du “tube”, le fourgon HY de Citroën. L’objectif étant d’abaisser le seuil de chargement arrière permettant ensuite, avec une tôle et un diable de décharger sans manipulation individuelle et avec un effort limité les lourdes piles de hausses remplies de miel.
Ces anecdotes permettent de situer la personnalité de Jean. Un esprit libre, capable de “rupture technologique” comme disent les ingénieurs… Ce talent il l’a exercé toute sa vie, notamment dans les équipements de miellerie qui portent son nom.
Mais Jean avait aussi un goût prononcé pour la lecture et pour l’écriture. Un intérêt pour les sciences et les techniques qui en faisait un ardent défenseur de l’institut technique Apicole.
Et, bien sûr, une passion pour la nature, l’environnement, qui l’avait aussi amené à l’apiculture et à l’exploration de l’Abeille Une de ses initiatives nous avait énormément rapproché quand, en 2003, il a organisé un voyage d’une semaine pour 8 apiculteurs professionnels dans le sud-est des USA, en Caroline du Sud et en Géorgie. L’objectif était uniquement technique et professionnel. Il s’agissait d’apprécier directement, sans filtre, le risque que pouvait présenter le petit coléoptère “Aethina Tumida” pour l’apiculture.
Le programme était millimétré. Une rencontre par jour, avec “du lourd” comme on dit. Mike Hoods, professeur à l’université de Clemson Reg Wilbanks, une référence, à Claxton, Jerry Rozier de chez Speel bee à Baxley … Jean justifiait son initiative ainsi : “pour savoir ce qu’il se passe dans un domaine, il faut aller y voir au plus près, directement”.
Un autre point remarquable de sa personnalité était qu’au delà de son goût pour l’entreprise individuelle, il avait le goût pour l’action collective et le partage.
Je l’appelait parfois pour prendre de ses nouvelles et pour le plaisir de la discussion. Il se tenait au courant de tout et il avait le sens de l’ anecdote.
Il m’a beaucoup apporté et c’est avec une grande tristesse que j’adresse mes sincères condoléances à son épouse, à son fils Thierry dont il était très fier et à toute sa famille.

Gérard SCHIRO, lundi 30 mars 2020.